La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Bienvenue sur le site du Centre communautaire juridique de la Mauricie - Bois-Francs

 

Qu'est-ce que l'aide juridique ?

L’aide juridique est un service juridique public offert gratuitement ou moyennant une contribution aux personnes financièrement admissibles qui en font la demande. Chaque année, l’aide juridique permet à des milliers de Québécois d’avoir accès à la justice et de faire reconnaître leurs droits.

 

Les services juridiques sont offerts par des avocats et, plus rarement, par des notaires. Les avocats ont le mandat de conseiller leurs clients et de les représenter en cour. Les services sont rendus par des avocats permanents de l’aide juridique ou par des avocats de la pratique privée, selon le choix du client.

 

En Mauricie - Bois-Francs, environ 21 000 demandes d’aide juridique sont traitées chaque année.

 

* Le genre masculin est utilisé dans ce document dans le seul but d'alléger le texte.

Actualités

 

29 juillet 2019
Le Centre communautaire juridique de la Mauricie - Bois-Francs est heureux d'annoncer la nomination de Me Christian Tourigny à titre de directeur des bureaux de Trois-Rivières. Il entrera en fonction le 5 août 2019.

 

31 mai 2019
Les nouveaux barèmes d'admissibilité à l'aide juridique entrent en vigueur ce vendredi 31 mai 2019. Consultez la section Admissibilité > Barèmes

 

18 février 2019
Le Centre communautaire juridique de la Mauricie - Bois-Francs est heureux d'annoncer la nomination de Me Nathalie Lavigne à titre de directrice générale. Elle succède à Me Michel Tessier qui a pris sa retraite après 34 ans au service de l'aide juridique de la Mauricie et du Centre-du-Québec. Me Lavigne entrera en fonction le 25 février 2019.

 

8 novembre 2018
Voici une décision dans un dossier de Me Marie-Pier Laplante-Moreau qui annule une réclamation au motif que le ministère n'a pas respecté l'article 29 de la Loi sur l'aide aux personnes et aux familles en n’offrant pas une assistance adéquate à la situation particulière d'un bénéficiaire alors que cette situation était connue du ministère.

 

25 septembre 2018
Voici un jugement en protection de la jeunesse dans lequel Me Catherine Brousseau représente l’enfant, et qui conclut à une lésion de droit et adresse un blâme à la DPJ en raison des nombreux manquements à l'égard de la situation de l'enfant.